Amapa apporte son soutien à l’association SERVIR

A l’occasion d’une assemblée générale qui s’est tenue le 22 septembre 2020, l’association SERVIR a choisi, par la voix unanime des administrateurs, de s’adosser au groupe Doctegestio et son opérateur médico-social Amapa. Cette décision permettra à l’association et ses quatre établissements médico-sociaux de bénéficier du soutien du groupe pour l’aider à faire face aux difficultés actuellement rencontrées.

L’association SERVIR, dont le siège social est installé à Belfort, oriente et anime l’action de deux Maisons d’Enfants à Caractère Social (MECS), la Villa des Roses à Montbéliard (25) et la Villa des Sapins à Valdoie (90) et de deux Établissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EPHAD), Les Chevrets à Couthenans (70) et La Rosemontoise à Valdoie (90) ainsi que les services qui leur sont attachés. 

Deux de ses établissements rencontrent depuis plusieurs mois de graves difficultés. Fortement fragilisé par l’épidémie de covid-19, l’Ehpad La Rosemontoise est sous le coup d’une troisième mise sous administration provisoire décidée par l’ARS Bourgogne-Franche-Comté et le Conseil Départemental du Territoire de Belfort. La MECS La Villa des Sapins, suite à une inspection, est soumise à la même procédure avec suspension d’activité.

Dans ce contexte, l’association SERVIR souhaitait changer de main. Plusieurs repreneurs se sont rapprochés d’elle mais le choix final s’est porté sur Doctegestio en élisant, le 23 septembre 2020, Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio, nouveau président de l’association en lieu et place de M. Joël Goldschmidt. 

Reconnu pour le sauvetage d’établissements en difficultés et son expertise dans la gestion de 14 Ehpad, via Amapa, son opérateur médico-social, Doctegestio prend ainsi la gouvernance de l’association SERVIR. Il mettra en oeuvre les moyens nécessaires et mobilisera les compétences utiles de ses équipes pour assurer la continuité et la reprise rapide des activités dans le respect des bonnes pratiques professionnelles et de soin permettant d’assurer bien-être et sécurité aux résidents des EHPAD et aux enfants accueillis. 

L’ARS de Bourgogne Franche-Comté et les Conseils départementaux du Territoire de Belfort, du Doubs et de Haute-Saône sont informés de ce changement de gouvernance et seront étroitement associés au redressement des deux établissements en difficulté de l’association SERVIR.

Au cours des prochaines semaines, un audit de chacun des quatre établissements sera réalisé. Des plans d’actions précis et détaillés co-construits avec les autorités de contrôle et de tarification seront proposés avant mise en oeuvre. 

Par le sauvetage de cette nouvelle association, Doctegestio assure le maintien de services utiles et indispensables aux populations les plus fragiles. Il complète sa gamme de services en proposant désormais une activité de MECS – Maisons d’Enfants à Caractère Social et conforte la présence de son offre globale de santé et de bien-être pour tous sur les territoires du Doubs, de Haute-Saône et du Territoire de Belfort. Il accueille également les 200 nouveaux collaborateurs de l’association SERVIR qui participeront, à leur tour, à l’aventure collective et collaborative du groupe.

Mobilité interne chez Amapa, une entreprise qui booste les carrières !

Le modèle du métier unique que nous exercerons tout au long de notre vie est en voie de disparition. 64% des Français pensent changer 3 fois de métier au cours de leur carrière*. Chez Amapa et plus largement au sein de son groupe Doctegestio, les possibilités de mobilité interne sont nombreuses grâce à ses différentes activités, à la variété des emplois exercés, à la situation géographique de ses 300 établissements mais aussi à son développement innovant.

1er opérateur national de la santé et du bien-être pour tous, Doctegestio oeuvre également au bien-être vous de ses collaborateurs en leur offrant un cadre professionnel épanouissant et des possibilités d’évoluer tout au long de votre parcours professionnel. Accompagnés si besoin par DGboost, l’organisme de formation du groupe, les collaborateurs qui tentent la mobilité interne prennent sereinement leurs nouvelles responsabilités et missions.

C’est ainsi qu’au cours des dernières semaines, douze collaborateurs ont profité de ce dispositif pour donner une nouvelle impulsion à leur carrière. Nous les félicitons toutes et tous pour leur motivation et leur implication professionnelle et leur souhaitons pleine réussite dans leur nouvelles missions.

Dans nos services de soins infirmiers à domicile

Pour commencer, une directrice des opérations dédiée aux SSIAD a été nommée. Après plusieurs années de responsabilité des SSIAD et SAAD de l’agence Amapa de Metz (57), Frédérique Bérard, infirmière de formation récemment diplômée d’un Master II en Management des organisations sanitaires et sociales, prend la direction opérationnelle des 21 SSIAD Amapa de France. Elle assurera le suivi et la coordination des services, favorisera les synergies avec les autres activités du groupe et participera au développement de son activité sur le territoire national. 

Frédérique Bérard passe le relai à Marie-Ange Léone, infirmière du SSIAD de Metz depuis 2 années, et préalablement 15 années en tant qu’aide-soignante. Marie-Ange est ainsi promue infirmière coordinatrice du service.

Frédérique Bérard travaillera également en étroite collaboration avec Mathilde Chauvet, infirmière coordinatrice du SSIAD de Grandvilliers (60) qui prend la mission complémentaire de digitaliser les fonctions soignantes du groupe et est chargée d’assurer le développement du cahier liaison numérique.

En Seine-maritime, Fanny Lambert prend la relève de Mélanie Bayon en tant qu’infirmière coordinatrice du SSIAD d’Harfleur. Elle avait rejoint le service de soins en 2013 à l’occasion de son stage pré-professionnel d’élève infirmière puis, diplôme en poche avait été recrutée pour réaliser des remplacements. Son enthousiasme et sa motivation lui ont permis d’évoluer dans son poste.

En Moselle, Ophélie Wagner a pris ses nouvelles fonctions d’infirmière coordinatrice au sein du SSIAD de Thionville. Elle faisait déjà partie des équipes soignantes du service avant de le relever ce nouveau challenge. 

En Moselle toujours, Mélanie Houpert, précédemment infirmière au sein de l’équipe soignante du SSIAD de Metz, assure désormais la coordination du SSIAD de Freyming-Merlebach.

Dans ce même département, Caroline Demange, infirmière au sein du SSIAD de Sarrebourg depuis 2004, assure, depuis le 1er septembre dernier la coordination du service.

Dans nos services d’aide et d’accompagnement à domicile

En Moselle, Vanessa Darmon devient responsable du SAAD de Metz après 10 années de mission d’assistante de secteur au sein du service.

Dans ce même département, Audrey Lambinet,  poursuit sa mission de responsable du SAAD de Sarrebourg et prend en plus la responsabilité de l’agence Amapa de Barr (67) et du développement des activités de services à domicile Amapa sur le territoire alsacien.

Xavier Riffiod, Responsable de l’agence Amapa de Sens (89), prend la relève d’Audrey Lambinet, depuis le 1er septembre, pour l’animation de l’agence de Château-Salins (57). 

Dans les Alpes-maritimes, Maïté Surdeau, arrivée en 2018 au poste d’assistante de secteur à l’agence de Nice, a réalisé un intérim de plusieurs mois de responsable sur plusieurs agences du territoire. A l’issue de cette période concluante, elle s’est vu proposer la responsabilité officielle des SAAD de Nice et de Cagnes-sur-Mer. 

Enfin, à Harfleur (76), Sandrine Courcelle prend elle aussi la responsabilité de l’agence Amapa de cette ville. Arrivée il y a 17 ans à l’AAFP, association qui a rejoint Amapa en mai 2019, Sandrine, diplômée d’un BTS SP3S (Services et prestations des secteurs sanitaire et social), est ravie de cette évolution professionnelle et de cette marque de confiance qui lui est accordée. 

* Étude menée par l’Ifop pour Monster en 2017, auprès d’un échantillon de 1000 actifs de 18 ans et plus, dont 267 répondants de 18 à 29 ans.

Remise de diplômes en Corse

La professionnalisation des équipes est une priorité chez Amapa. Dans ce cadre, le 21 septembre, dix intervenantes à domicile étaient félicitées pour l’obtention de leur certification professionnelle d’assistante de vie aux familles.

Dans un cadre convivial et dans le respect strict des mesures sanitaires en vigueur, 10 aides à domicile étaient conviées au sein de l’agence Amapa de Bastia pour être remerciées pour leur engagement et leur motivation à faire évoluer leurs compétences. 

Exerçant leur métier depuis plusieurs années déjà auprès de personnes âgées et fragiles, elles s’étaient toutes engagées dans une démarche de validation des acquis de l’expérience (VAE) en décembre 2019. 

Bien accompagnées par les formateurs de DGboost, organisme de formation interne du groupe, elles ont construit leur dossier de validation et réalisé un entretien final devant un jury de professionnels. 

Ainsi, depuis le mois de novembre 2019, chacune d’entre elles exerce ses missions confortées par l’obtention de leur certification professionnelle  d’assistante de vie aux familles (ADVF). Si la crise du covid-19 n’a pas permis d’organiser plus tôt un événement mettant à l’honneur leur investissement respectif, c’est désormais chose faite. 

François Dalet, directeur de la formation chez Amapa, était présent pour leur présenter ses sincères félicitations. Charly Hamelet, directeur des opérations Amapa des régions Provence Alpes Côtes d’Azur et Corse, était également présent pour les remercier de leur implication et de leur fort engagement à la délivrance d’un service de qualité aux usagers et leur contribution à la construction du premier opérateur global de la santé et du bien-être pour tous.

Bravo Lamia, Lucie, Nathalie, Marie-Jeanne, Maria, Fabienne, Valérie, Bernadette, Diana et Khadija !

———–

En Corse, Amapa accompagne à domicile 1015 usagers de ses services d’aide à la personne et de soins infirmiers grâce à l’intervention quotidienne de ses 300 professionnels sur l’ensemble du territoire. Les 11 agences Amapa sont installées à Nos agences d’aide à domicile en Corse se situent à Ajaccio, Bastia, Bastia Sud, Borgo, Corte, Folelli, Ghisonaccia, L’Île-Rousse, Moriani, Porto-Vecchio et Saint-Florent

Sauver l’aide à domicile par une organisation territoriale efficace, sociale et écologique

En 8 ans, le groupe Doctegestio a fédéré autour d’Amapa, son opérateur médico-social, près de 7000 collaborateurs au sein de 150 services d’aide et soins infirmiers à domicile et établissement d’hébergement pour personnes âgées.

Les 41 structures qui ont rejoint le Groupe étaient toutes en situation de difficulté. Grâce à la mutualisation des moyens et des compétences complémentaires et services supports apportés, elles ont poursuivi leurs activités en se concentrant sur leur coeur de métier, l’humain.

Chaque nouvelle entité qui rejoint Doctegestio est une opportunité partagée d’évoluer dans un esprit collaboratif et d’entraide. Fort de cette intelligence collective nourrie des cultures et expériences diverses de chaque collaborateur, Doctegestio a analysé les sources de difficulté et propose des solutions pour sauver le secteur économique de l’aide à domicile, dont la crise sanitaire de la Covid-19 a mis en évidence son importance mais aussi sa grande fragilité.

Deux dysfonctionnements majeurs

Le secteur médico-social, comme le secteur sanitaire, souffre de deux dysfonctionnements majeurs, présentés aux Rencontres économiques d’Aix-en-Seine 2020.

  1. son cloisonnement d’où découle un parcours chaotique de l’usager et une prise en charge avec un manque d’information à chaque changement d’interlocuteur. 
  1. une prise en charge de la dépendance financée par la solidarité départementale créant des inégalités entre les territoires. La crise sanitaire a mis en lumière cette limite par des prises de décision variables entre chaque Département que ce soit en matière de prise en charge des déficits de recettes des opérateurs d’aide à domicile ou de prime des aidants professionnels à domicile par exemple. 

Autre constat, ce sont souvent les départements “pauvres” qui recensent le plus de seniors mais sont contraints de sous financer les besoins de prise en charge faute de ressources suffisantes. 

Pour des opérateurs globaux territoriaux et un financement national de la dépendance

Il est nécessaire de favoriser les opérateurs globaux sur les territoires qui assurent la gestion d’enveloppes globales par parcours et par usager. Capables de proposer une offre de service complète, limitant ainsi les interlocuteurs différents pour chaque besoin exprimé, l’usager bénéficiera d’un parcours simplifié potentiellement générateur d’économies puisque les tarifs et les coûts seront maîtrisés par les opérateurs.

Afin d’assurer une égalité territoriale de prise en charge de tous les Français, il est indispensable que le financement de la dépendance soit de la compétence directe de l’Etat. Les tarifs des prestations doivent être réglementés par un régulateur national. 

D’importantes économies de densité à réaliser 

Dans une toute récente étude économique réalisée par Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio, Robert Gary-Bobo et Solen Croiset du CREST- ENSAE Paris, Centre de recherche en économie et statistique, défendent une proposition disruptive pour le secteur de l’aide à domicile en mal de financement. 

En s’appuyant sur un ensemble de données unique en son genre, reflétant de manière détaillée l’activité des intervenants d’un réseau national d’associations d’aide à domicile aux personnes âgées, ils ont mis en évidence l’existence de fortes économies de densité. Ils ont fait le constat que le nombre de kilomètres parcourus par les employés des services, par heure de prestation à domicile, décroît avec la densité de clients du service sur le territoire (et avec le nombre d’heures de prestation effectuées dans un période de temps donnée). 

Par extrapolation nationale, 200 millions de kilomètres parcourus et consécutivement 7 millions d’heures passées sur les routes par les intervenants à domicile pourraient être évités.

La circonscription, la bonne échelle territoriale

Ces économies de coûts de transport seraient possibles en augmentant le total des heures de prestation d’un service donné sur un territoire calibré à l’échelle de la circonscription, chacune attribuée à un unique opérateur concessionnaire, pendant un nombre d’années limité et soumis à des normes de qualité de service, régulièrement contrôlées.

La plupart des circonscriptions étant des subdivisions des départements français, l’échelon départemental reste pertinent pour continuer à gérer l’aide à domicile, dans un cadre unifié par des règles nationales rénovées.

Une organisation efficace, socialement et écologiquement gagnante 

Les conséquences iraient au-delà d’une meilleure organisation économique. L’impact écologique serait évident en évitant l’émission de milliers de tonnes de CO2 dans des déplacements inutiles. Socialement, cette organisation est également importante. 

Les professionnels de l’aide à domicile moins épuisés par les trajets routiers verraient leurs conditions de travail améliorées. En disposant de plus de temps auprès des personnes accompagnées, ils pourraient assurer leur rôle de “care-manager”. S’en suivrait naturellement une valorisation des missions et du métier de l’aide à la personne. 

Pour les usagers, le bénéfice de cette réorganisation serait évidemment une prise en charge plus qualitative compte tenu du temps plus long consacré aux interventions des professionnels. 

Ces propositions du groupe Doctegestio entendent participer à la construction de la loi Grand Âge et Autonomie tant attendue.

Amapa recrute 400 apprentis.es pour les former au métier d’Assistant.e de vie aux familles

En forte croissance, Amapa, enseigne nationale de services à la personne et d’hébergement pour les seniors, joue la carte de l’apprentissage. Elle recrute 400 apprentis.es pour les former au métier d’avenir d’Assistant.e de vie aux familles. Une Job Session spéciale Apprentissage aura lieu en direct sur facebook live le 18 septembre 2020 à 15h pour répondre aux questions des personnes intéressées. 

Un engagement fort pour la formation et l’emploi

Opérateur médico-social du groupe Doctegestio, Amapa  s’engage dans la formation en apprentissage. Avec DGboost, son organisme de formation interne agréé Centre de formation d’apprentis, elle souhaite ainsi former de façon homogène et qualitative ses futurs professionnels de l’aide à domicile et des services à la personne. Cette dynamique forte s’inscrit également dans sa mobilisation d’acteur économique, pour lutter contre le chômage et favoriser l’insertion professionnelle, en alliant formation à un métier d’avenir et emploi rémunéré.

6 mois de formation rémunérés pour s’insérer dans la vie professionnelle

Amapa propose une formation certifiante au titre professionnel d’Assistant.e de vie aux familles (ADVF). Elle est entièrement gratuite pour l’apprenti.e qui alterne pendant 6 mois entre des cours théoriques et des enseignements pratiques au sein de l’un des 140 établissements Amapa (service d’aide à domicile ou Ehpad). 

La formation théorique 100% digitale est délivrée à distance au rythme de l’alternant.e et accessible en ligne depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur. 

Une Job Session virtuelle pour poser vos questions 

Pour s’adapter aux précautions sanitaires actuelles, les recruteurs Amapa seront disponibles en live sur facebook, le 18 septembre prochain à 15h, pour présenter le métier d’Assistant.e de vie aux familles, la formation proposée, les profils recherchés et répondre aux questions des personnes intéressées participantes. 

Pour participer aux Job Sessions, les postulants doivent simplement aimer la page Facebook Amapa et se connecter au live le jour J à l’heure prévue.

Les candidatures peuvent également être adressées ou déposées directement dans l’une de nos 140 agences d’aide à domicile ou Ehpad