Skip to content

Application des accords du Ségur de la santé : Bernard Bensaid écrit au Ministre des Solidarités et de la Santé

Monsieur le Ministre des Solidarités et de la Santé, 

Dans la crise sanitaire qui touche actuellement notre pays, les acteurs médicaux et médico-sociaux remplissent un rôle de premier ordre. Leur présence auprès des patients et des personnes fragiles, les soins qu’ils prodiguent sont des remparts contre l’évolution de la maladie. 

Les accords du Ségur de la santé que vous avez organisé suite à la première vague de la Covid-19 contribuent à reconnaître cet investissement très fort des personnels hospitaliers ou des EHPAD, et nous tenons à vous en remercier. 

Malheureusement, ces décisions ne s’appliquent pas à tous les établissements et leurs salariés, dès lors qu’ils ne sont pas reconnus comme agents hospitaliers. 

Le groupe Doctegestio dont j’assure la Présidence, emploie 12 000 collaborateurs agissant dans les secteurs de l’hospitalisation ou des soins de ville, centres dentaires, centres d’imagerie, laboratoires, soins infirmiers à domicile. 

Selon que les accords du Ségur de la santé vont s’appliquer ou pas à leur situation, ils seront traités différemment. 

Pourtant, ces collaborateurs ont les mêmes métiers, les mêmes contraintes, les mêmes parcours de formation. Ils participent avec les mêmes efforts, le même engagement sans faille dans le combat contre l’épidémie. 

Parfois même, au sein d’un même établissement juridique, selon que ces personnels collaborent au sein du bâtiment hospitalier ou de son annexe (laboratoire satellite d’une clinique par exemple), ils ne seront pas traités de la même manière. 

Au-delà de l’injustice qui légitimement est ressentie par les collaborateurs se trouvant dans cette situation, je veux vous alerter sur les conséquences d’une telle décision en termes de recrutement. 

Vous connaissez Monsieur le Ministre, les difficultés grandissantes que les acteurs de la santé rencontrent pour recruter dans ces métiers pourtant essentiels.

L’inégalité et l’injustice créées par ces décisions vont renforcer ces difficultés qui risquent de peser sur l’attractivité du secteur et de nos établissements, de poser des problèmes de management pouvant aller jusqu’à des répercussions sur la qualité de la prise en charge. 

Monsieur le Ministre, au nom de mes collaborateurs je vous demande de bien vouloir reconsidérer votre position, et engager une évolution des décrets permettant un traitement égalitaire de l’ensemble des acteurs intervenant auprès des personnes malades et fragiles. 

Dans l’attente de votre décision, je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués. 

Bernard Bensaid 
Président groupe Doctegestio et Amapa

Ne soyez plus le dernier au courant !