Skip to content

Visites sous très haute sécurité dans les Ehpad Amapa

visites sécurisées en Ehpad

Le 19 avril 2020, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, annonçait le retour d’un «droit de visite pour les familles» de personnes résidentes en Ehpad. Les 15 Résidences Amapa – groupe Doctegestio rouvrent leurs portes aux visiteurs dans des conditions strictes fixées par chaque établissement, l’objectif étant de trouver un équilibre entre sécurité et maintien vital du lien social.

Le confinement en chambre des personnes hébergées en Ehpad, mis en en place depuis plusieurs semaines, commence à devenir particulièrement difficile pour celles-ci. Malgré l’accompagnement psychologique renforcé mis en place par les équipes dédiées à cette mission, des syndromes de glissement (perte d’appétit, déprime…) apparaissent. Par ailleurs les demandes de visites des familles se font de plus en plus pressantes, soucieuses de l’état de santé de leurs proches.

Même si le confinement reste la mesure de précaution prioritaire adoptée, la décision du gouvernement arrive donc à point nommé pour rétablir le lien indispensable entre résidents et proches.

Sur la base du protocole officiel inspiré des recommandations du rapport de Jérôme Guedj, chargé de la Mission nationale relative à la lutte contre l’isolement des personnes âgées et fragiles en période de confinement, les équipes professionnelles pluridisciplinaires de chaque Ehpad Amapa ont défini l’organisation des visites respectant les mesures barrières au Covid-19.

Selon la configuration et les possibilités offertes par les établissements, les visites sont organisées dans les jardins ou salles d’animation. Chaque visiteur est soumis à son entrée dans la résidence à une prise de température. Si celle-ci est égale ou supérieure à 38 degrés Celsius, sa visite est annulée. Le visiteur est également équipé d’un masque de soin et s’engage également en signant une charte dans laquelle le visiteur s’engage à respecter l’intégralité du protocole et les mesures sanitaires définis par l’Ehpad. Cette charte est essentielle pour créer un lien de confiance entre les établissements et le visiteur et responsabiliser ceux-ci.

Avant d’aller à la rencontre de son proche, il effectue un lavage de ses mains avec une solution hydroalcoolique.

Les visites, limitée à 2 personnes maximum, dure entre 30 minutes et 1 heure et sont encadrées par du personnel non soignant afin d’éviter tout risque de contagion de ces équipes. Celles-ci restent cependant disponibles en cas de nécessité.

Après l’organisation de premières visites test et la validation des protocoles de visites de chaque Ehpad par les Agences régionales de santé compétentes, résidents et familles peuvent à nouveau se voir physiquement. Un réconfort sécurisé qui permet de retrouver un lien social essentiel à tous.

Découvrez la première visite réalisée à l’Ehpad Amapa Les Acacias. Filmée par TF1, Jeanine retrouve ses deux filles après plus d’un mois de confinement.

Interview de Sandra Staudt, directrice opérationelle des Ehpad et Ehpa Amapa

“Nos systèmes de santé étaient affaiblis avant cette crise. Dans des territoires qui pleuraient déjà le manque de médecins de ville, d’infirmières et spécialistes dans les hôpitaux, d’aides soignants dans les Ehpad, d’équipements, Amapa – Groupe Doctegestio a devancé la fermeture nationale des Ehpad.

Le but a été de retarder le plus possible l’arrivée du COVID. Nous redoutions dans un monde sanitaire affaibli, l’incapacité des hôpitaux à accueillir des personnes âgées venant de nos maisons pour “anciens”.

Parallèlement, à cette décision, le Groupe a protégé celles et ceux qui prennent soin des autres. Là où le monde était en pénurie de masques FFP2, de gel hydroalcoolique (…), nos soignants ont bénéficié des équipements professionnels en nombre.

Au début, le virus a été difficilement cernable, le COVID se manifestant sous de nouveaux symptômes à chaque jour d’avancée de la pandémie.

Aujourd’hui nous gérons les nouveaux cas de COVID avec :

  • l’expérience des semaines passées,
  • des places disponibles dans les hôpitaux,
  • davantage de possibilités de dépistage (bien que les résultats puissent être faillibles),
  • des chances augmentées de rémission des malades.

Le contexte est favorable au retour des familles et même si ce retour représente un risque dans une France où le stade d’immunité collective n’est pas encore atteint.

Le risque zéro n’existe pas. Il restera présent dans nos Ehpad, dans nos écoles, dans nos familles. Cependant, nous saurons collectivement comment mieux le gérer.

Les maisons Amapa – Groupe Doctegestio sont à nouveaux ouvertes aux liens affectifs qui nous manquent tant et sans lesquels nous perdons le goût de vivre”.

Ne soyez plus le dernier au courant !