L’Accident Vasculaire Cérébral (AVC), anciennement intitulée Accident Cérébro-Vasculaire (ACV), est une attaque cérébrale provoquée par une défaillance de la circulation sanguine affectant une zone du cerveau. L’OMS apporte une définition de l’AVC comme étant “le résultat de l’interruption de la circulation sanguine dans le cerveau”.

La défaillance de la circulation du sang est provoquée par un défaut des vaisseaux sanguins qui empêche le cerveau d’être alimenté en oxygène et tue ainsi des cellules nerveuses. Ces cellules mortes ne pouvant pas être remplacées, les conséquences de l’AVC peuvent être plus ou moins graves selon la personne atteinte.

L’Accident Vasculaire Cérébral est la 1ère cause de handicap physique chez l’adulte : plus de 500 000 personnes vivent avec des séquelles d’AVC en France, et 150 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.

accident vasculaire cérébral def

Quels sont les différents types d’AVC ?

Il existe deux types d’accidents vasculaires cérébraux : les AVC ischémiques et les AVC hémorragiques.

L’AVC ischémique, appelé aussi Accident Ischémiques Transitoires (AIT) est le premier type d’AVC dans la mesure où il est le plus fréquent. Il représente environ 80% des AVC et se manifeste par un caillot de sang qui bouche l’artère à destination du cerveau.

L’AVC hémorragique survient dans 20% des cas d’AVC, et est quant à lui dû à la rupture d’un artère cérébrale qui entraîne un saignement dans le cerveau. On parle d’hémorragies, mais aussi de ruptures d’anévrisme déclenchées par le déchirement de cette artère.

avc symptomes

Quelles sont les causes d'un AVC ?

Il est encore difficile aujourd’hui d’établir une liste de facteurs pouvant provoquer des AVC dus à leur aspect brutal, dont on ignore encore les causes.

Il est néanmoins possibles de prêter attention à ces quelques facteurs de risque notables, notamment relevées chez les personnes victimes d’AVC :

  • L’âge : 75% des personnes atteintes ont plus de 65 ans,
  • Le sexe : l’AVC est la 1ère cause de mortalité chez la femme et la 3ème chez l’homme,
  • Les antécédents familiaux : les personnes dont les parents ont déjà été victimes d’AVC ont plus de risques d’en être victimes à leur tour.

On peut également relever des facteurs de risque notables sur lesquels il est possible d’agir comme l’hypertension artérielle, la consommation de tabac, le diabète, l’hypercholestérolémie, l’obésité, le manque de pratique physique et des troubles cardiaques. Il est donc souvent conseillé aux personnes ayant subi un AVC de modifier leurs habitudes et hygiène de vie notamment en pratiquant davantage d’activité physique, en adoptant une alimentation plus saine et en stoppant la consommation de tabac pour les fumeurs.

Quels sont les symptômes d’un AVC ?

L’AVC est une attaque difficile à prévoir étant donné qu’il survient brutalement et n’entraîne aucune douleur. Lorsqu’un accident vasculaire cérébral se produit, il est très important d’agir dans la rapidité. On peut seulement être conscient de certains troubles pouvant faire office de signaux d’alerte. Il est donc essentiel de connaître les principaux signes qui se manifestent lors d’un Accident Vasculaire Cérébral :

  • La personne victime d’un AVC ressent une faiblesse musculaire, ou une paralysie de ses membres ou sur la moitié de son corps,
  • La victime constate des troubles voire une perte de la vision,
  • La personne a des étourdissements ou difficultés à marcher ou à garder l’équilibre,
  • La personne rencontre des difficultés à parler des troubles de la parole.

Certains symptômes se manifestent et disparaissent en quelques minutes : il s’agit d’un accident ischémique transitoire (AIT). Les personnes ayant subi un AIT doivent être prises en charge le plus rapidement possible étant donné que les AIT sont souvent les signes précédents la venue d’un AVC.

Comment diagnostiquer un AVC ?

Après l’existence des symptômes correspondant à l’attaque cérébrale (AIT, troubles du langage, paralysie…), la personne doit être immédiatement transportée en urgence dans une unité spécialisée.

Les équipes médicales se chargeront d’examiner le patient, évaluer ses fonctions vitales et l’AVC sera par la suite confirmé par la réalisation d’un scanner ou d’un examen IRM. C’est grâce à ces techniques que l’AVC pourra être caractérisé selon sa nature : accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique.

Comment réagir face à l’AVC ?

L’essentiel dans l’apparition de ces accidents cérébraux est de prendre en charge rapidement la personne atteinte. Testez au préalable les capacités cognitives et physiques de la personne en la faisant parler et bouger. Si vous êtes en présence d’une personne victime d’un AVC, le bon geste à adopter est de contacter directement le SAMU (15) qui permettra de conduire la victime dans un service d’urgence ou une unité spécialisée. Les équipes médicales du centre prendront immédiatement en charge le patient de façon dans les meilleures conditions. La prise en charge rapide d’un patient victime d’un AVC limite la gravité des séquelles.

En cas d’AVC ischémique, le traitement qui consiste à dissoudre, par perfusion intraveineuse, le caillot bouchant l’artère est une thrombolyse. Plus ce traitement médicamenteux est administré au patient, moins il aura de risques de subir de graves séquelles. Lorsqu’il s’agit d’une artère intracrânienne, le dispositif mécanique par voie endovasculaire (thrombectomie endovasculaire) sera plus adapté. Après un AVC ischémique, des médicaments sont prescrits aux patients pour empêcher le grossissement des caillots et éviter l’apparition de nouveaux caillots sanguins.

En cas d’AVC hémorragique, le traitement adapté doit permettre de contrôler la tension artérielle. Un intervention chirurgicale est également possible dans le but d’évacuer l’hématome présent.

avc def

Quelles sont les séquelles après un AVC ?

Il n’est pas rare que les personnes victimes d’AVC subissent des complications liées à l’accident, entraînant des séquelles courantes, plus ou moins graves selon la nature l’attaque cérébrale :

  • L’aphasie : troubles du langage, perte totale ou partielle des capacités à communiquer,
  • L’hémiplégie : paralysie d’un côté du corps de façon partielle ou totale,
  • Des troubles voire une perte de la vision,
  • La perte de capacités cognitives,
  • Un état de fatigue permanent,
  • La dépression.

AVC : l’accompagnement au quotidien

Les personnes ayant subi un AVC peuvent avoir des séquelles plus ou moins graves, les empêchant de réaliser des gestes du quotidien, pourtant simples auparavant. Il est important pour les personnes ayant subi un tel accident de réapprendre progressivement à effectuer de nouveau ces gestes.

Cela peut d’abord passer par la rééducation, qui va débuter dès l’hôpital et se poursuivre après son retour d’hospitalisation. L’objectif premier de la rééducation est de permettre au patient d’éviter l’apparition de nouvelles complications lié à cet accident brutal. La rééducation a également pour but de récupérer son autonomie totale, lorsque cela est possible, des principales fonctions : la marche, le langage, les fonctions motrices.

Il n’est pas rare pour une personne ayant subi un AVC de faire appel à de l’aide extérieur afin d’être soulagée dans ses tâches de la vie courante. Les services à la personne sont spécialisés dans l’aide à domicile des personnes malades, ayant subi ce type d’accident ou souffrant d’une pathologie spécifique. Les intervenants aides à domicile permettent aux personnes victimes d’AVC de réapprendre à vivre chez elles, à leurs rythmes. Ils vont pouvoir apporter un accompagnement personnalisé dans toutes les étapes du quotidien devenues complexes : le lever, la toilette, l’habillage, la préparation des repas, le coucher… Les aides à domiciles permettent de créer du lien social avec les personnes sujettes à ce type d’accident pour éviter la solitude et les crises d’angoisses pouvant aller jusqu’à provoquer une dépression.

accident vasculaire cérébral traitement

Pas de réponse à votre question ?

Chaque situation est différente.

Laissez vos coordonnées et nous vous contactons pour une réponse personnalisée.

Vous préférez parler directement à un conseiller ?

Appelez-nous au 0811 65 28 28