La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui s’attaque aux neurones présents dans le système nerveux. C’est la 2ème maladie la plus répandue après la maladie d’Alzheimer puisqu’elle touche plus de 200 000 personnes en France. Au niveau mondial, environ 5 millions de personnes en sont atteintes. Cette pathologie est généralement liée à l’âge : la maladie se manifeste principalement chez les personnes âgées de plus de 60 ans. Selon les données de Santé publique France, la maladie de Parkinson a vu son nombre de cas doubler entre 1990 et 2015 dû à la hausse du vieillissement de la population et l’augmentation du nombre de personnes âgées.

D’origine encore inconnue, cette maladie affecte le cerveau de manière évolutive ce qui crée des troubles progressifs du mouvement comme des tremblements ou des raideurs des membres du corps. Au cours de l’évolution de cette maladie, entre 50 et 70% des neurones à dopamine contrôlant les mouvements viennent à disparaître. C’est à partir de ce moment que les premiers symptômes moteurs apparaissent.

Quelles sont les causes de la maladie ?

Les causes de Parkinson ne sont pas encore connues. Certains chercheurs estiment que la maladie pourrait provenir de facteurs environnementaux comme l’exposition à certains produits chimiques comme les pesticides.

D’autres ont recensé quelques cas héréditaires chez quelques familles mais cela reste encore très rare.

Quels sont les symptômes des personnes atteintes ?

Avant qu’un diagnostic ne soit posé, certains signes peuvent apparaître de façon récurrente.

Les premiers signes pouvant causer l’alerte sont :

  • Un état de fatigue et une difficulté de concentration,
  • La dépression,
  • La micrographie qui renvoie au fait d’écrire de façon très petit.

Au cours de l’évolution de la maladie, les symptômes qui apparaissent sont au nombre de trois. 

  • L’akinésie, dit également lenteur, est le symptôme le plus répandu chez les personnes atteintes de Parkinson. Cela se manifeste par une difficulté et un ralentissement dans l’exécution de gestes simples du quotidien (bras figés, voix faible…). La personne ressent un excès de fatigue jusqu’à une incapacité à effectuer certains mouvements.
  • L’hypertonie est liée à une raideur ou rigidité des membres et de l’axe vertébral. Ce symptôme entraîne des tensions musculaires, des crampes et des raideurs dans les muscles.  L’hypertonie se manifeste au niveau de la colonne vertébrale et des articulations. Cela engendre une difficulté dans l’exécution des mouvements chez la personne, qui aura tendance à effectuer des petits pas, et rencontrera des problèmes de posture : tête baissée, dos voûté.
  • Le tremblement est le symptôme le plus connu puisqu’il toucherait environ 70% des personnes atteintes. Il s’agit d’un tremblement qui agit en situation de repos lorsque le membre n’est pas en mouvement. Les tremblements sont généralement lents et apparaissent dès le réveil. Les membres les plus concernés par ce symptôme sont les main et les poignets.

D’autres symptômes peuvent parfois apparaître :

  • Des troubles de la motricité : difficulté à marcher, perte d’équilibre, chutes…
  • Des troubles de sommeil entraînant fatigue, anxiété, somnolence diurne…
  • Des troubles cognitifs et psychologiques : hyperémotivité, stress…

L’ensemble des symptômes caractérisant la maladie de Parkinson et ayant une origine unique est appelé syndrome Parkinsonien. Sachant que la maladie de Parkinson représente 80% des symptômes observés, le reste peut être lié à des causes différentes comme un traumatisme crânien ou un accident vasculaire-cérébral.

Certains syndromes représentant 15% des cas, sont composés des symptômes de la maladie de Parkinson associés à d’autres symptômes et sont ainsi nommés “Parkinson plus”.

Comment diagnostiquer la maladie ?

Le diagnostic a pour but de vérifier la présence de la maladie de Parkinson ou d’autre syndrome parkinsonien.

Pour diagnostiquer la maladie, un examen des symptômes du patient sera réalisé. Aucun examen sanguin n’est nécessaire pour réaliser le diagnostic. Néanmoins, dans certains cas un examen d’imagerie peut être prescrit.

Comment évolue la maladie ?

La maladie est une maladie qui évolue lentement même si cela diffère de chaque personne. Elle est souvent diagnostiquée entre 5 et 10 ans après l’apparition, ce qui rend la possibilité de traitement très faible. Dès le début de traitement, une personne atteinte a déjà perdu entre 60 et 80% de ses cellules nerveuses.

  • La phase d’équilibre thérapeutique : on parle aussi de “lune de miel”. Il s’agit de la  période entre la 3ème et la 8ème année depuis la prise de traitement où les symptômes sont encore peu ressentis chez les personnes atteintes puisque le traitement apparaît être efficace.
  • La fluctuation de la motricité : environ six ans après le début de traitement, les symptômes apparaissent progressivement et on remarque un changement des aptitudes corporelles chez la personne atteinte. C’est une période d’alternance entre les phases où les symptômes se ressentent peu et les phases où le traitement fait moins effet.
  • La phase avancée : on parle souvent de “fin de vie” puisque les troubles deviennent omniprésents. La maladie de Parkinson est lente mais incurable puisqu’il n’existe encore aujourd’hui aucun traitement pouvant stopper complètement cette maladie.

Chaque évolution est propre à chacun, la maladie sera plus ou moins rapide chez un patient plutôt qu’un autre.

Comment faire face à la maladie de Parkinson ?

Pour faire face à la maladie, il existe différentes formes de traitements pouvant être prescrits pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

  • Les traitements médicamenteux qui servent à pallier le manque en dopamine avec une substance transformée en dopamine ou qui vient bloquer la disparition de la dopamine,
  • Le traitement chirurgical qui se manifeste par un implantation d’électrodes dans le cerveau,

La rééducation physique et orthophonique qui permet aux patients de mieux appréhender physiquement leur maladie sans pour autant la stopper.

En plus des traitements, le soutien moral de l’entourage sera indispensable pour venir en aide à une personne souffrant de Parkinson. La réalisation de gestes du quotidien pouvant paraître anodins va devenir compliquée et embarrassante pour la personne. Il faut laisser au maximum la personne réaliser ses tâches quotidiennes afin qu’elle puisse garder un certain niveau d’autonomie. 

Malgré les troubles d’humeur qui peuvent apparaître chez la personne atteinte, apportez lui un soutien solide et une attitude compréhensive. En cas de problèmes de communication, soyez patient dans la compréhension de ses paroles.

Continuez à réaliser des sorties et toutes sortes d’activités encore réalisables afin de changer les idées à la personne et également à l’entourage.

Les professionnels de santé ont eux aussi un rôle essentiel dans la prise en charge des personnes malades. Aussi, il existe en France 25 Centres Experts Parkinson qui permettent une prise en charge des personnes encore peu formées à la maladie.

N’hésitez pas à vous rapprocher de personnes et d’associations qui connaissent bien la maladie comme France Parkinson.

Quelles aides peuvent être mises en place pour les personnes malades ?

Il existe plusieurs aides financières destinées aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

L’aide à domicile pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Il est possible pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson de bénéficier d’une aide à leur domicile et d’une assistance particulière dans la vie de tous les jours dans le but de les décharger de tâches qui peuvent devenir compliquées à réaliser au quotidien.

Les Services Polyvalents d’Aide et de Soins à Domicile, assurent à la fois les missions d’un Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) et celles d’un Service d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD). Les personnes souffrant de la maladie ainsi que leurs entourages peuvent bénéficier d’un accompagnement à la fois médical et dans les tâches domestiques.

Les services d’aide et de soins à domicile proposent :

  • Aide à l’autonomie (lever, coucher, toilette, habillage)
  • Aide ménagère (ménage, repassage, entretien du linge)
  • Aide aux repas (aide aux courses, préparation des repas)
  • Accompagnement (sorties, dame de compagnie, aide administrative)

Pour proposer un accompagnement sur-mesure aux personnes souffrants de la maladie de Parkinson, amapa dispose d’équipes particulièrement expérimentées et formées sur cette pathologie qui sauront comment réagir à chaque situation. Pour en savoir plus sur nos services, n’hésitez pas à vous renseigner sur l’accompagnement que nous proposons aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson.