La suppléance à domicile se définit par une solution de répit destinée aux aidants de personnes dépendantes. Ce dispositif, inventé sous le terme de “baluchonnage” au Québec, commence à s’exporter en France.

Ce système est un dispositif de relais à domicile de personnes aidant un proche âgée ou dépendant à son domicile. Un intervenant professionnel se rend au domicile de la personne en perte d’autonomie pendant plusieurs jours afin d’y accomplir les tâches réalisées par son aidant familial.

Cette solution apporte un répit à l’aidant qui peut alors se consacrer à d’autres activités ou s’absenter pour diverses raisons (vacances, hospitalisation, …). L’objectif du relayage est d’apporter une intervention d’un unique professionnel pendant plusieurs jours consécutifs au domicile d’une personne en situation de dépendance, pour former un relais au proche aidant.

Quel est le principe du relayage ?

Le relayage doit durer au minimum deux jours et une nuit, soit 36 heures consécutives pour être mis en place. Sa durée maximale est de 6 jours consécutifs et 94 jours d’intervention sur 12 mois consécutifs.

L’intervenant se rend au domicile de la personne aidée afin de connaître ses habitudes et de se familiariser avec son lieu de vie. Cette étape est cruciale pour permettre à chacun d’être rassuré. L’intervenant aura toutes les clés en main pour accompagner au mieux la personne dépendante, la personne aidée acceptera mieux ce changement de routine et le proche aidant pourra vivre son absence plus sereinement. C’est aussi le moyen de commencer à nouer une relation de confiance entre l’intervenant et la personne aidée.

Le professionnel intervient dans toutes les missions préalablement réalisées par le proche aidant (toilette, habillage, préparation de repas) et assure également une présence au domicile de la personne âgée. Le relayage ne remplace pas les services déjà mis en place au domicile de la personne comme le portage de repas ou les soins infirmiers mais sert principalement à remplacer les tâches de la vie courante effectuées par l’aidant quotidiennement.

Comment financer le relayage ?

De manière générale, les solutions de répit au aidant peuvent être financées dans le cadre de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) mais il n’existe pas encore aujourd’hui d’aide sociale pouvant financer les interventions dans le cadre d’un relayage.

L’expérimentation de la suppléance à domicile

Une expérimentation est menée en France dans le cadre de la loi pour un Etat au service d’une société de confiance (ESSOC). Celle-ci a pour objectif de développer l’offre de répit proposée aux aidants familiaux qui veillent à l’accompagnement quotidien de leurs proches dépendants, particulièrement les personnes atteintes de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer, ou celles dont les capacités mentales et cognitives ont tendance à diminuer. Cette initiative permet aux personnes dépendantes de préserver leurs habitudes de vie et leurs repères, même en l’absence de leur proche aidant, qui est essentiel dans l’évolution de la maladie.

Pas de réponse à votre question ?

Chaque situation est différente.

Laissez vos coordonnées et nous vous contactons pour une réponse personnalisée.

Vous préférez parler directement à un conseiller ?

Appelez-nous au 0811 65 28 28